Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    COMON

    Apprentissage Profond et Connaissances Structurelles pour l'analyse d'Images

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Projet de Recherche CoMoN

    Cognition, Motricité, Numérique pour lutter contre les symptômes de la maladie de Huntington

     

    Équipe :  Sûreté De Fonctionnement et aide à la Décision

    Labellisation : aucune

    Durée : 3 ans (2020 - 2023)

    Financement : Réseau SAM (Santé, Activité physique, Métiers de l’Ingénierie et des Sciences humaines | Sarthe Anjou Mayenne); Télécharger la plaquette de présentation [pdf]

    Personnels impliqués du LARIS : Fabrice Guérin

    Porteurs du projet : Sylvain Durand (EA 4334 MIP - Université du Mans), Philippe Allain (EA 4638 LPP - Département de Neurologie, CHU Angers)

    Contexte :

    En l’absence de traitements médicaux curatifs, l'exercice physique et/ou la stimulation cognitive constitue(nt) aujourd’hui des axes pertinents pour la prise en charge des symptômes associés aux maladies neurologiques évolutives [1]. La maladie de Huntington (MH) compte parmi l’une de ces maladies, étant probablement l’une de celles les plus rapidement invalidantes au plan fonctionnel. Il s’agit d’une maladie neurodégénérative héréditaire rare du système nerveux central se manifestant généralement vers 40-50 ans, ayant pour conséquence des troubles moteurs (mouvements choréiques, troubles de l’équilibre, troubles de la marche, etc.), cognitifs (fonctions exécutives, attention, mémoire de travail, etc.) et de la régulation émotionnelle et comportementale. Ces troubles s’aggravent progressivement jusqu’à une grabatisation et une détérioration cognitive sévère. A ce jour, quelques rares études ont montré la faisabilité et l’intérêt de la stimulation cognitive chez ces patients pour ralentir le déclin intellectuel, encourageant à d’autres essais [2]. Quelques rares études ont montré que les programmes d’activités physiques courts (8 à 16 semaines) étaient faisables, mais sans effets notables sur les symptômes moteurs liés à la maladie, invitant à des essais cliniques plus intensifs et plus longs [3]. A ce jour, aucun travail n’a examiné les effets d’un programme de prise en charge durable, couplant exercices physiques et stimulation cognitive, sur la symptomatologie et l’autonomie fonctionnelle chez des patients atteints de MH au stade débutant à modéré.

    Objectif principal :

    Etudier la faisabilité et les effets d’un programme de prise en charge couplant activités physiques et stimulation cognitive sur les déficits de patients atteints de MH symptomatique de stade 1ou 2en comparant (comparaison inter- et intra-groupes) 2 groupes de patients avec MH traités avec ce programme sur les scores obtenus aux échelles motrices(UHDRS motrice, timed up and go test, 30 second chair stand test), fonctionnelles (échelle de capacité fonctionnelle, échelle d’appréciation fonctionnelle, échelle de dépendance), cognitives(efficience globale, fonctions exécutives), affectives (anxiété et dépression), comportementales (Problem behaviours assessment) et de qualité de vie (SF12) proposées dans le cadre du suivi annuel des patients(protocole Enroll-HD).