Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    ROBUSTE

    ROBUSTE

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Projet de recherche ROBUSTE

    Recherche Opérationnelle pour les Blocs opératoires et l’Unité de STErilisation

     

    Équipe :  Systèmes Dynamiques et Optimisation

     

    Labellisation : non


    Durée : 3,5 ans (2015 à 2019)

     

    Financement : Angers Loire Métropole et IMT Atlantique


    Personnels impliqués du LARIS : Hasan AlHasan (doctorant), Christelle Guéret, David Rivreau, 

    Partenaires du projet : David Lemoine (IMT Atlantique, LS2N), L. Hubert (Chirurgien orthopédiste et traumatologue, chef de service, CHU Angers), A.V. Lebelle (Pharmacien, chef de service, CHU d’Angers), A. Robelet (praticien hospitalier, CHU d’Angers)



    Résumé : 

    Les blocs opératoires sont l’un des principaux postes de dépenses des hôpitaux. Rationaliser et optimiser leur gestion peut donc aboutir à une réduction des coûts importante. L’objectif de ce projet était de proposer des outils de recherche opérationnelle visant
    à planifier les interventions chirurgicales dans le bloc opératoire du service orthopédie du CHU d’Angers, en tenant compte des contraintes liées à la stérilisation des instruments chirurgicaux. Le but de ces outils était de diminuer les coûts de fonctionnement des blocs opératoires et du service de stérilisation, notamment en réduisant le recours aux heures supplémentaires, et les stérilisations de matériels en urgence.

    Nous avons tout d’abord développé une approche permettant d’ordonnancer les opérations dans un contexte statique où toutes les données (liste des opérations et leur durée) sont connues à l’avance. Nous avons ensuite adapté cette approche pour permettre de gérer l’arrivée dynamique des patients. Puis ces approches ont été étendues en des approches robustes résistant aux durées incertaines des opérations. 

    A l’issue de ces travaux, des tests sur des données réelles ont montré une diminution des heures supplémentaires de 54%, une réduction des stérilisations d’instruments chirurgicaux en urgence d’environ 85%, et une augmentation de près de 8% du taux d’occupation des blocs opératoires.