Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Soutenance de thèse de Madame Déborah FOLOPPE

    Soutenance de thèse de Madame Déborah FOLOPPE

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Soutenance de thèse de Madame Déborah FOLOPPE

    14h00 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

    Le 24 août 2017

    Sujet : Évaluation et entraînement des activités de la vie quotidienne dans la maladie d’Alzheimer : Intérêt de la réalité virtuelle

    Directeur de thèse : Monsieur Philippe ALLAIN

    RÉSUMÉ

    La maladie d’Alzheimer rend difficile la réalisation des activités quotidiennes. Toutefois, les avancées en matière de diagnostic ont offert des perspectives en matière de prise en charge fonctionnelle. L’urgence est donc à l’élaboration d’interventions susceptibles de maintenir l’autonomie. Ceci requiert une meilleure compréhension de l’origine des perturbations, des stratégies d’apprentissage optimisées à la maladie débutante, et des outils adaptés aux contraintes de la pratique clinique. Dans ce contexte, ce travail visait à explorer l’intérêt de la réalité virtuelle en neuropsychologie des activités de la vie quotidienne dans la maladie d’Alzheimer légère à modérée. Premièrement (Étude 1), nous avons testé dans quelles mesures les comportements produits en virtuel peuvent refléter ceux produits en réel. Les résultats ont montré la validité écologique d’une simple tâche de café virtuelle évaluée selon le modèle omission-commission. Ensuite (Étude 2), nous avons exploré l’intérêt de verbaliser les actions durant un entraînement en virtuel, en comparant 2 méthodes sans erreur, avec ou sans verbalisation. Les résultats ont encouragé le développement d’un système permettant d’entraîner 10 tâches de cuisine au moyen d’une méthode sans erreur, avec autogénération et aides graduées. Un développement itératif centré sur l’utilisateur (Étude 3) a permis d’aboutir à un système utilisable dans le cadre de la prise en charge de patients. Une étude d’un cas de maladie d’Alzheimer légère (Étude 4) a montré qu’un entraînement en virtuel améliorait le fonctionnement réel de façon comparable à un entraînement en réel, avec un maintien des acquis à 6 mois. L’Étude 5 a étendu ces résultats à un groupe, montrant aussi une généralisation à des tâches analogues à l’issue de l’intervention, mais sans maintien. Nous espérons que ce travail sera poursuivi par des recherches sur les techniques d’interaction, les méthodes d’apprentissage, et le transfert des améliorations fonctionnelles à la participation.