Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    Soutenance de thèse de Mickaël DINOMAIS

    Soutenance de thèse de Mickaël DINOMAIS

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Soutenance de thèse de Monsieur Mickaël DINOMAIS

    10h45 | faculté de médecine d'Angers | ED 11

    Le 4 décembre 2013

    Sujet : Étude du cortex sensori-moteur en Imagerie par Résonance Magnétique Fonctionnelle : du sujet sain à l’enfant avec paralysie cérébrale

    Directeur de thèse : Mme Sylvie NGUYEN THE TICH, Co-directeur de Thèse : Mme Lucie HERTZ-PANNIER

    Résumé :

    La paralysie cérébrale (PC) est définie comme un trouble du mouvement secondaire à une lésion cérébrale précoce non progressive. C’est la première cause de handicap moteur de l’enfant. La médecine physique et de réadaptation a donc un intérêt particulier à l’étude du contrôle centrale de la motricité (motricité-cérébrale) aussi bien en termes d’organisation que de réorganisation après lésion, et ce, afin de proposer de nouvelles méthodes de rééducation
    motrice.

    Après avoir montré, chez le sujet sain, que la motricitécérébrale pouvait être étudiée, en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), par l’observation du mouvement et le mouvement passif, nous démontrons que l’IRMf « de repos » peut étudier la connectivité fonctionnelle du réseau sensori-moteur chez l’enfant avec PC. D’autre part, dans cette population, l’observation d’une main parétique active le réseau sensori-moteur comme attendu chez le sujet sain, avec une prédominance d’activation dans le cortex moteur primaire lésé. Aussi, lorsque l’on combine cette tâche d’observation du mouvement à un mouvement passif congruent de la main parétique, on observe une activation plus importante des aires sensori-motrices, notamment des aires de « haut niveau ». Cette tâche de mouvement vidéo-guidé nous semble pouvoir constituer une tâche de rééducation motrice dont l’efficience sera à tester ultérieurement.

    Enfin, nous exposons l’accident vasculaire néonatal comme modèle d’étude de la plasticité postlésionnelle, notamment pour différencier la plasticité « mal-adaptative » de la plasticité efficiente.

     

    Mots clés

    Paralysie cérébrale, Cortex moteur, Cortex somesthésique, IRM fonctionnelle, Rééducation, Plasticité cérébrale.