Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    Soutenance de thèse de Xavier DAVID-HENRIET

    Soutenance de thèse de Xavier DAVID-HENRIET

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Print this page

    Soutenance de thèse de Monsieur Xavier DAVID-HENRIET

    10h00 l ALLEMAGNE - Technische Universität Berlin - Fachgebiet Regelungssysteme - Einsteinufer 17 - EN 223 l BERLIN

    Le 19 mars 2015

    Discrete Event Systems with Partial and Standard Synchronizations

    Directeur de thèse : Monsieur Laurent HARDOUIN et Monsieur Jörg RAISCH

    RÉSUMÉ

    De nombreux systèmes de transport peuvent être modélisés par des synchronisations ordinaires (pour tout k ≥ l, l’occurrence k de l’événement e2 se produit au moins τ unités de temps après l’occurrence k - l de l’événement e1 ). Ces systèmes sont linéaires dans l’algèbre (max, +) . Pour certaines applications, il est primordial de modéliser la simultanéité entre événements (par exemple, un véhicule ne peut franchir un feu tricolore que quand celui-ci est vert). Comme la synchronisation ordinaire ne suffit pas à exprimer ce phénomène, nous introduisons la synchronisation partielle (l’événement e2 ne peut se produire que quand l’événement e1 se produit). Dans ce mémoire, des méthodes développées pour la modélisation et le contrôle de systèmes linéaires dans l’algèbre (max, +) sont étendues à des systèmes régis par des synchronisations ordinaires et partielles. Nous considérons uniquement des systèmes divisés en un système principal et un système secondaire et gouvernés par des synchronisations ordinaires entre événements dans le même système et des synchronisations partielles d’événements dans le système secondaire par des événements dans le système principal. Nous introduisons une commande optimale et une commande prédictive pour cette classe de systèmes par analogie avec les résultats disponibles pour les systèmes linéaires dans l’algèbre (max, +) . En considérant un comportement donné pour le système principal, il est aussi possible de représenter le système secondaire par une fonction de transfert et de modifier sa dynamique pour suivre un modèle de référence.