fr | en
Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes

Séparés par des virgules

Sébastien Lahaye prend la tête du Laris

Source : https://www.univ-angers.fr/fr/recherche/actualites/actus-2024/sebastien-lahaye-prend-la-tete-du-laris.html

Professeur des universités (PU) à Polytech Angers, Sébastien Lahaye remplace David Bigaud comme directeur du Laris. Rencontre.

Le Laboratoire angevin de recherche en ingénierie des systèmes (Laris) rassemble une centaine d’enseignant∙es-chercheur∙es et de doctorant∙es de plusieurs établissements : Université d’Angers (Polytech Angers, IUT Angers-Cholet, Faculté des sciences, Faculté de santé, Esthua), le CHU d’Angers, l’Université catholique de l’Ouest, et l’Esaip. Les thématiques de recherche explorées sont multiples : réalité virtuelle, traitement de l’information, robotique, santé humaine et animale, etc.

Depuis fin mars, le Laris compte un nouveau directeur - Sébastien Lahaye -, en lieu et place de David Bigaud, élu nouveau vice-président Valorisation, innovation, partenariats à l’UA. « Je suis très enthousiaste de prendre ces fonctions, précise Sébastien Lahaye, nommé par le conseil du Laris pour un mandat de quatre ans. Je prends connaissance des travaux et missions de toutes les personnes ici : ça nourrit ma réflexion dans le but, entre autres, de conserver la bonne ambiance et le plaisir qu’ont les collègues à travailler ici. »

Une ambition en accord avec celle du Hcéres

Outre son métier de PU, Sébastien Lahaye était aussi responsable des relations internationales à Polytech Angers et dirigeait l’équipe Systèmes dynamiques et optimisation (SDO) du Laris. « Aujourd’hui, je ne garde que mes temps dédiés à la recherche (les systèmes à événements discrets) et à l’enseignement (automatisation), détaille-t-il. Je ne viens pas avec un projet révolutionnaire, je m’inscris dans la continuité. »

Pas de révolution donc mais un but à long terme : favoriser la qualité de la production scientifique. « C’est aussi une ambition du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), rappelle Sébastien Lahaye. Le fait de travailler avec des chercheur∙es de divers horizons est une vraie force, ça permet de nous positionner sur plusieurs appels à projets transversaux. Il y a notamment une réelle dynamique amorcée pour décrocher davantage de projets d’envergureEnfin, un indicateur pertinent pour le laboratoire serait probablement de mesurer le nombre d’enseignant∙es-chercheur∙es qui décrochent l’habilitation à diriger des recherches (HDR) et le statut de PU dans un temps raisonnable. »

Scroll